Luette Esper

23 janvier 2023

Lecture 2022 (8)

Voilà mon dernier post pour clore mes lectures 2022, avec un bilan très honorables de 38 livres lus en 2022! Clairement une grande année.

livres 2022-6

 

 

- Belle Greene ***: En 1900, au coeur d'une Amérique puritaine et ségrégationniste, elle fume, boit, choisit ses amants et réussit une carrière dont aucune autre femme de sa génération ne pouvait rêver. Elle est d'une modernité inouï! Et toute sa vie est bâtie sur un mensonge explosif... Une biographie de la bibliothécaire de JP Morgan vraiment intéressante avec un style très vivant!

 

- Vivre avec nos morts **: En tant que rabbin, Delphine Horvilleur est confrontée chaque jour au mystère de la mort. Pour accompagner les mourants et réconforter les endeuillés, elle rente de transmuer l'inéluctable, d'y trouver du sens. Ce petit traité de consolation tresse étroitement trois fils- le conte, l'éxegèse et la confession: la narration d'une existence interrompue, la manière de donner une signification à cette mort à travers les textes de la tradition, et l'évocation d'une blessure intime ou la remémoration d'un souvenir enfoui. Les textes sacrés ouvrent un passage entre les vivants et les défunts, et "le rôle d'un conteur est de se tenir à la porte pour s'assurer qu'elle reste ouverte", invitant ainsi chacun à faire la paix avec ses disparus et avec sa propore histoire. Pas ininterréssant

 

- La Brodeuse de Winchester**: Winchester, 1932. Violet Speedwell, trent huit ans, fait partie de ces millions de femmes restées célibataires depuis la pénurie d'hommes d'après-guerre. Pour échapper à une mère acariatre, elle décie de prendre son envol. Mais son célibat lui attire plus de mépris que d'amitié. C'est au sein du Cercle des Brodeuses de la cathédrale qu' elle trouvera le soutien qui lui manquepour affronter les préjugés de son époque. Grâce à Arthur, le sonneur de cloches, elle découvre ainsi un tout autre cercle, masculin cette fois. Au même moment, la radio annonce l'arrivée d'un certain Hitler à la tête de l' Allemagne. J'aime beaucoup cette auteure ...mais je crois qu'elle est meilleure conteuse quand ses intrigues se  déroulent avant le XX siècle.

Posté par Luette Esper à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


05 décembre 2022

Lecture 2022 (7)

Les livres de la rentrée: 

livres 2022 7

 

- Les Roses fauves ***: D'origine andalouse, Lola mène en Bretagne une vie solitaire et sans éclat. Dans sa chambre, face au lit où elle s'interdit de rêver, trône une armoire pleine de coeurs en tisssus. Ils renferment les secrets rédigés par ses aïeules avant de mourir. Cette vieille coutume espagnole défend cependant à l'héritière de les ouvrir. Jusqu'au jour où l'un des coeurs se déchire..... Mélant réalité et fiction, il repond parfois à son premier roman "coeur cousu".J'aime bien son univers toujours un peu poétique.

 

- Je suis le carnet de Dora Maar **: Il était resté glissé dans la poche intérieure du vieil étui en cuir acheté sur internet. Un tout petit répertoire, comme ceux vendus avec les recharges annuelles, daté en 1951. A: Aragon.B/ Breton, Brassaï, Balthus.... J'ai feuilleté avec sidération ces pages un peu jaunies. Chaque fois, leur numéro de téléphone, souvent une adresse. Qui pouvait bien connaître et frayer parmi ces génies du XX siecle? Il m'a fallu trois mois pour savoir que j'avais en main le carnet de Dora Maar. Il m'a fallu deux ans pour faire parler ce répertoire, comprendre la place de chacun dans sa vie et son carnet d'adresses, et approcher le mystère et les secrets de la "femme qui pleure". Dora Maar, la grande photographe qui se donne à Picasso, puis, détruite par la passion, la peintre recluse qui s'abandonne à Dieu. je ne connaissais pas du tout le personnnage, sinon de nom. Intérressant.

 

- L'axe du Loup***: Sylvain Tesson a refait le long voyage de la Sibérie au Golfe du Bengale qu'effectuaient naguère les évadés du goulag. Pour rendre hommage à ceux dont la soif de liberté a triomphé des obstacles les plus grands, seul, il a franchi les taïgas, la steppe mongole, le désert de Gobi, les hauts plateaux tibétains, la chaîne himalayenne.... Sur 6 000 km, il a connu le froid, la faim, la solitude extrème. La splendeur de la haute Asie l'a récompensé. Mon premier Sylvain Tesson: une véritable claque littéraire et une vraie plume. Le récit n'est presque que prétexte à la beauté des phrases! Impréssionnant. Je compte bien m'attaquer à "la panthère des neige", voyage à l'affut... mais avec un tel auteur, cela promet d'être lumineux.

 

- Les enfants sont rois****: Mélanie qui a grandi dans le culte de la téléréalité, n'a qu'une idée en tête: devenir célèbre. Mais son unique apparition à l'écran tourne au fiasco. Quelques années plus tard, mariée et mère de famille, elle décide de mettre en scène le quotidien de ses enfants sur You Tube. Le succès ne se fait pas attendre, et la voilà bientôt suivie par des millions d'abonnés. Jusqu'au jour où sa fille disparaît. Des années Loftstory aux années 2030, marquées par le sacre des réseaux sociaux, Delphine de Vigan explore les dérives d'une époque où l'on ne vit que pour être vu. J'ai trouvé ce livre vraiment éclairant sur un environnement que l'on perçoit plus ou moins nettement, sans vraiment y prêter attention. La partie distopique est très réaliste et fait froid dans le dos. Delphine de Vigan ne me transporte pas toujours.. mais là: si!

 

Posté par Luette Esper à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 septembre 2022

Lecture 2022 (6)

Et pour le mois d'août...

livres2022-6

 

 

 

- Tout le bonheur du monde***: Dans leur belle maison de Chicago, David et Marylin s'aiment d'un amour ardent depuis 40 ans. Mais pour leurs quatre filles, Wendy, Violet, Liza et Grace, le modèle est écrasant : comment être à la hauteur quand on a grandi à l'ombre de parents toujours aussi épris l'un de l'autre à soixante ans qu'à vingt ? Chacune surfe sur ce traumatisme inversé à sa manière, entre complicité et vacheries, cachotteries et mensonges, échecs et aspirations. Jusqu'à ce que resurgisse Jonah, quinze ans, le douloureux secret de Violet, authentique avis de tempête sur la météo domestique. Des années 1970 à nos jours, des joies et blessures de l'enfance aux enjeux décisifs de l'âge adulte, Tout le bonheur du monde nous offre une place privilégiée dans ce grand-huit familial endiablé. Effectivement , ce livre se lit comme une série, j'ai beaucoup aimé, notamment les points de vue de chaque personnage, qui montre bien que dans toutes les familles, il y a des non-dits qui engendrent de fausses croyances. Pour celles qui s'en souviennet, c'est un peu comme la série "l'esprit de famille"  de Jannine Boissard... mais 15 après, quand les filles ont grandi.

 

- Salina**Quand Salina meurt, il revient à son fils, qui a grandi seul avec elle dans le désert, de raconter son histoire, celle d'une femme de larmes, de vengeance et de flamme. Laurent Gaudé réinvente les mythes pour écrire la geste d’une héroïne lumineuse et sauvage. Je garde un souvenir lumineux de "Sous le soleil des Scorta" et "Eldorado", j'ai été décu par celui-ci: bien sûr c'est très bien écrit...mais pour moi un livre plus sauvage que lumineux. 

 

- La nuit du premier jour ***: Lyon, 1896. Blanche est l’épouse modèle d’un soyeux de renom. En dépit de son amour pour ses enfants, elle étouffe parmi ces bourgeois corsetés. Jusqu’à ce que son regard croise celui de Salim, un négociant fortuné de Damas. Elle abandonne tout pour la promesse inespérée du bonheur. Les routes de la soie deviennent celles de la passion et de l’exil. Tandis que sa fille grandit en la croyant morte, Blanche s’invente une nouvelle vie au Levant. Quand la France entre en guerre, l’Empire ottoman réprime dans le sang la révolte arabe. Prises dans la tourmente, mère et fille choisissent chacune la liberté au prix fort. L'histoire m'a emportée, sans doute parce que je suis lyonnaise, alors les canuts, le quartier d'Ainay, ça m'a parlé. Mais c'est aussi une belle histoire d'amour charnel, d'amour filial... 

 

- Quelqu'un d'autre*: Qui n'a jamais eu envie de devenir " quelqu'un d'autre " ? Celui que l'on a toujours voulu être ? Celui qui n'aurait pas abandonné, en cours de route, ses rêves et ses désirs ? Un soir, dans un bar, deux inconnus se lancent un pari. Ils se donnent trois ans, pas un jour de plus, pour devenir cet " autre ". Mais on ne devient pas quelqu'un d'autre impunément. On risque, pour le pire et le meilleur, de se trouver soi-même. LA déception de mes livres de l'été, j'avais beaucoup aimé "Saga" et encore plus "Malavita", le pitch était alléchant, le résultat est poussif, long... Je me suis ennuyée.

- Je m'appelle Asher Lev ***Dès l'enfance, Asher Lev dessine comme il respire. Malgré la désapprobation sans appel de son père, le grand Rèbbe de la communauté juive hassidique de Brooklyn encourage sa vocation. Aux portes du monde prodigieux de l'art, Asher Lev devra choisir : obéir aux exigences des siens et à son éducation religieuse, ou s'abandonner à un destin exceptionnel... Ce livrer est fantastique à plus d'un titre: en plus de la plongée au plus près de la communauté hassidique, il y a un vrai effort de documentation historique, les personnages principaux et secondaires ne sont jamais caricaturaux mais toujours en questionnement! J'ai hate de lire la second qui couvre la vie d'adulte d'Asher Lev, alors que ce premier tome couvre son enfance et son adolescence. Bravo Monsieur Potok!

Posté par Luette Esper à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Lecture 2022 (5)

Lectures de Juillet: 

On en entendait beaucoup parlé au printemps ... et j'ai craqué.  De plus, je trouvais que le "risque" pris par cette petite maison d'édition à côté de Bordeaux (Monsieur Toussaint Louverture) était assez beau  pour être "recompensé": s'attaquer à une histoire de 1500 pages, la publier en 6 tomes de 250 pages tous les 15 jours à la manière d'un feuilleton. Je trouvais ça gonflé. Et pour ne rien gacher, le travail sur les couvertures de chacun des tomes en fait aussi de beaux objets.

Il s'agit d'une saga de fantasy, avec au final peu de créatures " décrites", c'est globalement plutôt suggéré. Evidement le premier tome pose les bases de l'histoire, donc peut paraître un peu statique. Concernant les suivants, le rythme de l'intrigue est soutenu. Dépaysant... ;-) 

Pour vous mettre en haleine: Pâques 1919, alors que les flots menaçant Perdido submergent cette petite ville du nord de l'Alabama, un clan de riches propriétaires terriens, les Caskey, doivent faire face aux avaries de leurs scieries, à la perte de leur bois et aux incalculables dégâts provoqués par l'implacable crue de la rivière Blackwater. Menés par Mary-Love, la puissante matriarche aux mille tours, et par Oscar, son fils dévoué, les Caskey s'apprêtent à se relever… mais c'est sans compter l'arrivée, aussi soudaine que mystérieuse, d'une séduisante étrangère, Elinor Dammert, jeune femme au passé trouble, dont le seul dessein semble être de vouloir conquérir sa place parmi les Caskey.

livres 2022-5

 

 

Posté par Luette Esper à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 août 2022

Lecture 2022 (4)

Décidement, ce blog devient exclusivement mon témoin de lecture... et 2022 est un bron crû! 

livres 2022-4

 

- Et la vie reprit son cours *** : Chaque jour, Ruth se félicite d'avoir écouté sa petite voix intérieure: c'est bien en République Dominicaine qu'il lui fallait poser ses valises. Chez elle. Il suffit de regarder sa fille Gaya pour en être sûre. A la voir faire ses premiers pas et grandir aux côtés de ses cousines, elle se sent sereine et apaisée. En retrouvant la terre de son enfance, elle retrouve aussi Almah, sa mère. Petit à petit, la vie reprend son cours, et Ruth, tout comme Arturo et Nathan, sème les graines de sa nouvelle vie, loin des bouleversements de son époque: guerre des Six-Jours, assassinat de Martin Luther King, chute de Salvador Allende... Jusqu'au jour où Lizzie, son amie d'enfance, revient à Sosùa dans des conditions douloureuses....

- Un invincible été *** : Depuis son retour à Sosùa, en République Dominicaine, Ruth se bat aux côtés d'Almah pour les siens et pour la mémoire de sa communauté, alors que les touristes commencent à déferler sur l'île. Passionnée, sa fille Gaya affirme son indépendance et part étudier aux Etats-Unis, où Arturo et Nathan mènent leurs vies d'artistes. Mais l'Histoire, comme toujours, les rattrape: de l'attentat du World Trade Center au terrible séisme de 2010 en Haïti, en passant par les émeutes en République Dominicaine... chacun devra tracer son chemin, malgré les obstacles et la folie du monde. J'ai vraiment beaucoup aimé cette saga, qui est certes romancée mais s'appuie aussi sur des faits historiques réels. On s'attache aux personnages. Vraiment bien

 

- La splendeur des Brunhoff *** : Les Brunhoff semblent bénis des Dieux. Tout ce qu'ils touchent se transforme en or. Jean de Brunhoff donne naissance à Babar, un des plus célèbres personnages de la littérature enfantine, sa soeur Cosette et son beau-frere Lucien Vogel lancent "Vogue", la bible de la Mode et "Vu", l'ancêtre de "Paris-Match", tandis que Michel met sur orbite Christian Dior et Yves Saint Laurent. Cette famille franco-allemande, pacifiste dès la Grande Guerre, sera parmi les premiers opposants d'Hitler, dénonçant très tôt l'antisémitisme. La nièce de Jean, Marie-Claude, jeune photographe pour "Vu", réalisera un scoop mondial lors d'un reportage en 1933: les photos de Dachau, le premier camp de concentraition nazi. De la Belle Epoque jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, la famille de Babar a traversé les tempêtes avec le panache des grands explorateurs. Une plongée dans la vie vraie des gens, et des épreuves qu'ils traversent, loin des clichés. Très instructif

 

- Blackwater - la Crue ** : Alors que les flots sombres et menaçants de la rivière submergent Perdido, une petite ville du sud de l'Alabama, les Caskey, une riche famille de propriétaires, doivent faire face aux innombrables dégâts provoqués par la crue. Mené par Mary-Love, la puissante Matriarche, et par Oscar, son fils dévoué, le clan s'apprête à se réveler. Mais c'est sans compter l'apparition, aussi soudaine que mystérieuse, d'Elinor Dammert, jeune femme séduisante au passé trouble, dont le seul dessein semble être de s'immiscer au coeur de la famille Caskey. La premièer moitié du livre est un peu "longue" à se mettre en place. Perséverer pour les amateurs de fantastique, la suite est délicieuse (j'en parlerais dans mon prochain billet)! 

 

- La patience des traces  **** : Psychanalyste, Simon a fait profession d'écouter les autres, au risque de faire taire sa propre histoire. A la faveur d'une brèche dans le quotidien - un bol cassé - vient le temps du rendez-vous avec lui-même. Il lui faudra quitter sa ville au bord de l'Océan et l'île des émotions intenses de sa jeunesse, s'éloigner du trio tragiquement éclaté qui hante son ciel depuis si longtemps. Ce sera un Japon inconnu et sur les îles subtropicales de Yaeyama, avec les très sages et très vifs Monsieur et Madame Itô, la naissance d'une nouvelle géométrie amicale. A l'autre bout du monde et au delà du langage, Simon en fait l'expérience sensible: la rencontre avec soi passe par la rencontre avec l'autre. Premier livre de cette auteure: une vraie découverte, c'est délicat et profond. Je suis déjà allée acheter "Profanes", un autre de ses livres. Je recommande!

  

Posté par Luette Esper à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


07 juin 2022

Lectures 2022 (3)

 

 

livres 2022-3

 

- Les mains du Miracle ***: A la veille de la Seconde Guerre mondiale, Felix Kersten est spécialisé dans les massages thérapeutiques. Parmi sa clientèle huppée figurent les grands d'Europe. Pris entre les principes qui constituent les fondements de sa profession et ses convictions, le docteur Kersten consent à examiner Himmler, le puissant chef de la Gestapo. Affligé d'intolérables douleurs d'estomac, celui-ci en fait bientôt son médecin personnel. C'est le début d'une étonnante lutte, Felix Kersten utilisant la confiance du fanatique bourreau pour arracher des milliers de victimes à l'enfer. Romancier mais aussi journaliste de formation, Joseph Kessel nous raconte ici l'incroyable histoire du Docteur Kersten, un Juste, bien méconnu, et fait le portrait à peine croyable des ces dirigeants nazis, tellement déglingués autant physiquement qu'intellectuellement!

 

- La décision  ***: Mai 2016: dans une aile ultrasécurisée du Palais de Justice, la juge Alma Revel doit se prononcer sur le sort d'un jeune homme suspecté d'avoir rejoint l'Etat Islamique en Syrie. A ce dilemme professionnel s'en ajoute un autre, plus intime: mariée depuis plus de vingt ans à un écrivain à succès sur le déclin, Alma entretient une liaison avec l'avocat qui représente le mis en examen. Entre raison et déraison, ses choix risquent de bouleverser sa vie et celle du pays.... Pas mal, mais j'avais largement préferé "Les choses Humaines".

 

- Filles de la mer ***: Corée1943. Hana a vécu toute sa vie sous l'occupation japonaise. En tant que hayenyeo, femme plongeuse en mer, elle jouit sur l'île de Jeju d'une indépendace que peu d'autres Coréennes peuvent encore revendiquer. Jusqu'au jour où Hana sauve sa soeur cadette, Emi, d'un soldat japonais et se laisse enlever à sa place. Elle devient alors, comme des milliers d'autres coréennes, une femme de réconfort en Mandchourie. Emi passera sa vie à chercher Hana et à essayer d'oublier le sacrifice que sa soeur a fait pour elle. Mais les haenyeo sont des femmes de pouvoir et de force... plus de soixante plus tard, Emi saura-t-elle affrontrer le passé et les horreurs de la guerre pour retrouver enfin la paix? Un témoignage romancé très réussi. Les allers/retours entre les 2 périodes et les 2 héroines sont bien identifiés et donnent du rythme à l'histoire.

 

- Les déracinés **: Almah et Wilhelm se rencontrent dans la Vienne brillante des années 30. Après l'Anschluss, le climat de plus en plus hostile aux juifs les pousse à quitter leur ville natale, avant qu'il ne soit trop tard. Perdus sur les routes de l'exil, ils tirent leur force de l'amour qu'ils se portent: puissant, invicible ou presque. Ils n'ont d'autres choix que de partir en République Dominicaine, où le dictateur promet 100 000 visas aux Juifs d'Europe. Là, tout est à construire et les colons retroussent leurs manches. Pour bâtir, en plein coeur de la jungle hostile, plus qu'une colonie: une famille, un avenir. Quelque chose qui ressemble à la vie, peut-être au bonheur.... Basée sur des faits historiques rééls et donc bien ancrée dans son époque, cette saga raconte l'histoire de la famille Rosenheck, et à travers elle, on plonge dans les remous du XX siècle. Le 1er tome est un peu long mais très bien ecrit... on a envie de lire la suite!

 

- L'Américaine ***: Septembre 1961. Du pont du bâteau sur lequel elle a embarqué, Ruth tourne le dos à son île natale, la République Dominicaine. En ligne de mire: New York. Elle en est sûr, bientôt elle sera journaliste comme l'était son père, Wilhelm. Très vite, elle devient une véritable new-yorkaise et vit au rythme du rock, de l'amitié, des amours et des bouleversements du temps: l'assassinat de Kennedy, la marche pour les droits civiques, les frémissements de la contre-culture... Mais Ruth se cherche. Qui est-elle vraiment? Dominicaine, née de parents juifs autrichiens? Américaine d'adoption? Dans cette période de doute, elle est entourée par trois femmes fortes et inspirantes: sa mère Almah en République Dominicaine, sa tante Myriam à New York et sa marraine Svenja en Israël symbolisent son déchirement entre ses racines multiples. J'ai bien aimé ce deuxieme tome, qui plonge dans les années d'après guerre à la fin des années 60, un peu à la manière du film "Forrest Gump". Evidemment je suis en train de lire le tome 3 et j'enchaînerai avec le dernier tome! Suite dans mon prochain billet.

 

 

Posté par Luette Esper à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 mars 2022

Lectures 2022 (2)

Voici mes dernières lectures: 

 

livres2022

 

- Les conflits d'une mère **: Dans "le pouvoir au féminin", Elizabeth Badinter nous a fait découvrir Marie-Thérèse d'Autriche (1717-1780), la souveraine la plus puissante de son temps. Son art de la diplomatie et sa finesse psychologique ont marqué les esprits ... tout comme ses seize enfants (sic) et son affection jamais démentie pour son mari volage. Ce nouvel ouvrage revèle un aspect caché de la personnalité de celle qui fût une mère complexe, fort soucieuse de ses enfants, capable de la plus grande tendresse, mais aussi parfois de dureté, voire d'injustice. Une femme souvent tiraillée entre les choix que lui dictait son coeur et ceux imposés par la raison d'Etat. Pas ininteressant

 

- Mémoire de soie *** : Ce 9 juin 1936, Emile a vingt ans. Il part pour son service militaire. C'est la première fois qu'il quitte la magnanerie, où étaient élevés les vers à soie jusqu'à la fin de la Grande Guerre. Glissé au fond du sac, le livret de famille. A l'intérieur, deux prénoms. Celui de sa mère, et un autre, Baptistin. Ce n'est pas son père... Pour comprendre, il faut dévider le cocon et tirer le fil, jusqu'au premier acte de cette malédiction familiale. J'ai beaucoup aimé ce livre qui rend compte de l'âpreté des conditions de vie et des relations humaines à une époque finalement pas si lointaine (pour moi, cela resonne avec ce que mes grands-parents me racontaient de leur vie).

 

- S'adapter*** : C'est l'histoire d'un enfant différent, toujours allongé, aux yeux noirs qui flottent, un enfant inadapté qui trace une frontière invisible entre sa famille et les autres. C'est surtout l'histoire de la place dans la fraterie et dans ces enfances bouleversées. La naissance d'un enfant handicapé racontée par sa fraterie: je n'en dirais pas plus sur l'histoire. Il faut le lire! Le parti-pris de l'auteure de découper en partie pour mieux cerner le vécu de chaque enfant est très réussi.

 

- Poupée volée** : Léda est en vacances au bord de la mer. Elle était subjuguée par une famille et en particulier une jeune femme, Nina et sa fille Elena. Quand la petite Elena perd sa poupée, c'est toute la famille qui se mobilise pour la retrouver et ne pas gâcher ses vacances, jusqu'à mener des actions inquiétantes telle une battue organisée sur la plage. Or c'est Léda qui a pris la poupée. Pourquoi ce geste insensé? C'est par le portrait d'une femme qui oscille entre raison et folie, dont l'auteure essaie de nous donner les clés: le transfuge de classe et les affres de la maternité sont des thèmes récurrents chez Elena Ferrante (déjà traité dans la série de l'Amie Prodigieuse). Pas mal. plus concis que la série de l'Amie prodigieuse qui, à mon avis,  finissait par être poussive. 

 

- Ma vie de cafard **** : Au cours des années 70, dans l'état de New-York, Violet Rue Kerrigan, 12 ans, dénonce ses grands frères qui ont tué un jeune Afro-américain dans un accès de violence raciste. Sa famille d'ascendance irlandaise, ne lui pardone pas d'avoir entraîné leur arrestation. Violet est alors bannie de chez elle. Avec une grande finesse psychologique, Joyce Carol Oates intérroge la nature du lien familial et l'écartelement entre le sens de la Justice et la loyauté de son clan. J'ai beaucoup aimé: le style, la profondeur et la dualité des personnages.

Posté par Luette Esper à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 février 2022

Lectures 2022 (1)

Mes premières lectures 2022:

Déjà, me direz-vous? Oui, je pressens une grande année lecture...;-)) 

livres2022-1

 

- Les Immortalistes ** : New York, été 1969. Pour tromper l'ennui, les enfants Gold vont consulter une voyante capable de prédire avec exactitude la date de leur mort. Varya, Daniel, Klara et Simon veulent savoir de quoi leur demain sera fait. Mais ils sont loin de se douter de ce qui les attend. Des années plus tard, hantés par la prophétie, leurs choix de vie sont radicalement  opposés. Et lorsque le premier d'entre eux trouve la mort à la date annoncée, les trois autres craignent le pire. Doivent-ils prendre au sérieux cette prémonition?  N'est-ce pas la puissance de l'autosuggestion qui les pousse à s'orienter irrémédiablement vers leur mort? Une ode magnifique à ce qui nous échappe et à la force implacable des liens familiaux. Le pitch est intéressant et le parti-pris de découper l'histoire en 4 parties permet de suivre chacun des enfants tout le long de sa vie. Quelques longueurs.

 

- Le pouvoir au feminin ***: Marie-Thérèse d'Autriche (1717-1780) est l'une des grandes figures de son pays. C'est une femme au pouvoir absolu, hérité des Habsbourg, qui régna pendant quarante ans sur le plus grand empire d'Europe. Et ce faisant, elle eut à gérer trois vies: épouse d'un mari adoré et volage, mère de seize enfants, souveraine d'un immense territoire. Une gageure qu'aucun souverain masculin n'eut à connaitre. Elizabeth Badinter nous éclaire sur cette femme, incomparable à son temps, et qui inaugure une nouvelle image de la souveraineté et de la maternité. Cette femme ressemble par certains aspects aux femmes du XXI siècle. C'est le premier tome, au moins éclairant car je ne connaissais pas du tout la mère de Marie-Antoinette... je suis en train de lire le second qui s'attache à raconter sa dimension maternelle. Suite au prochain post.

 

-  Les Derniers**** : Ils ne sont plus nombreux à pouvoir témoigner des camps de concentration. A peine une centaine d'hommes et de femmes, qui se sont longtemps tus face à une France d'après-guerre peu encline à les écouter. Rescapés grâce à une succession de hasards avant tout, ils ont su se reconstruire avec un courage remarquable. L'auteur, Sophie Nahum, est allée à la rencontre des "Derniers", ces résilients hors du commun, dont Ginette Kolinka et Elie Buzyn, pour une série de documentaires courts, de laquelle résulte ce livre choral. Leurs temoignages croisés se font écho tout en laissant apparaître la singularité de chaque destin. Ainsi les derniers survivants de la Shoah nous offrent, 75 ans après la libération d'Auschwitz, un regard poignant sur leur vécu. Découvert sur Instagram, j'avais suivi avec beaucoup d'intérêt ces pastilles. Il était évident pour moi que j'achéterais ce livre et le suivant (sur les enfants cachés). Toutefois, je ne croyais que je serai si remuée par la lecture de ce livre: la présentation par thèmes permet de bien suivre le déroulé des évenments (le basculement, l'arrestation, l'arrivée au camp, ....la libération, survivre, parler...). Et ce ne sont pas juste des numéros. J'ai été parfois obligée d'arrêter ma lecture. Très remuant. 

 

- Ca aussi, ça passera***: Après la mort de sa mère, Blanca quitte Barcelone pour s'installer dans la maison de vacances familiale de Cadaquès. Sous le soleil de la Méditerranée, elle cherche l'apaisement. Une troupe disparate et invraisemblalble l'accompagne: ses deux ex-maris, ses fils, ses amies Sofia et Elisa, son amant Santi et, bien entendu, sa mère, intellectuelle libre et exigeante. Blanca l'a tant aimée et tant destestée. Elle lui écrit mentalement une lettre et lui dit avec ses mots tendres, drôles et poignants, que face à la mort elle choisit la légèreté, l'été, la vie. Comment malgré le chagrin on choisit la vie, j'ai trouvé le livre, émouvant drôle. Un beau livre 

 

- Le livre des Reines***: Cette saga familiale s'étend sur quatre générations de femmes prises dans le tourbillon tragique  des guerres intestines au Moyen Orient, au coeur des territoires en souffrance: du génocide arménien au conflit israélo-palestinien, en passant par les luttes entre chrétiens et musulmans au Liban et en Syrie. Elles sont les reines d'un jeu de carte mal distribué: Qayah, Qana, Qadar, Qamar constituent les branches d'un même arbre généalogique ancré dans la terre de leur origines malgré la force des vents contraires qui tentent à plusieurs reprises de les emporter. Une lignée de femmes rousses unies par les liens du sang, par une puissance et une résilience inébranlables. Très bien écrit, le style est fluide et sert le des tinde ces quatre femmes qui vivent à des époques différentes des évènements pas si éloignés.... 

 

Posté par Luette Esper à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 janvier 2022

Les derniers livres de 2021

Et voilà! 

  livres hiver 21

- Chez nous **: C'est pourtant bien son portail. Son allée. Son magnolia... En rentrant chez elle ce jour, Fiona a la surprise d'y voir s'installer de parfaits inconnus. Cette maison de Trinity Avenue, où vivent ses deux fils, elle l'occupe la moitié du temps, en alternance avec son ex-mari. Et voilà qu'en son absence, on l'a vidée, vendue. Bram? Les garçons? Disparus! Tout semble en règle pourtant... Pour la Londonnienne, c'est le début du cauchemar dont l'engrennage a commencé à son insu il y a longtemps- un cruel jeu de dupes, où "chez soi" ne signifie plus rien..... Un page-turner de trajet en train ou de canapé, efficace. La fin est très réussie.  Note aux curieuses qui me lisent:  surtout ne pas lire les derniers pages, avant! 

 

- Pachinko ***: Début des années1930: dans un petit village coréen, la jeune Sunja se laisse séduire par les belles paroles et rtendres attentions d'un riche étranger. Lorsqu'elle découvre qu"'elle est enceinte et que son amant est déjà marié, elle est confrontée à un choix: devenir, comme tant d'autres jeunes femmes dans dsa situation, une seconde épouse, une "épouse coréene" ou couvrir sa famille de deshonneur. Elle choisira une troisièeme voie: le mariage avec Izak, un pasteur chrétien qu'elle connaît à peine et qui lui offre une nouvelle existence au Japon. Cette décision est le point de départ d'un douloureux exil qui s'étendra sur huit décennies et quatre générations. L'auteur nous offre , à trravers un siècle de relations nippo-coréennes, un hymne intime et poignant à tous les sacrifices que font les immigrés pour trouver leur place en pays étrangers. Oui! Il était recommandé par le Président Obama, je ne pouvais pas être déçue! Une étonnante plongée dans la société japonnaise, hyper-corsétée et incapable d'intégrer les Coréens immigrés. Une saga édifiante!

 

-Bénie soit Sixtine **: Pour Sixtine, l'avenir était tout tracé. Enfance très pieuse dans une famille catholique traditionnelle, études d'histoire de l'Art, un beau mariage: elle sera bientôt Mme Sue de la Garde, appelée à enfanter de nombreux héritiers..... Dès la nuit de noces, Sixtine déchante. Mais elle est enceinte et c'est tout ce qui compte. Cependant l'intégrisme de son époux polytechnicien, de sa belle-famille pèse de tout son poids sur la jeune femme. Souffrir, enfanter dans la douleur. Et se taire .... Jusqu'à la tragédie. Comment s'émanciper de ce carcan mortifère? Sinon par un long et lumineux chemin de croix?L'extremisme est partout et partout il est un poison.  

 

Posté par Luette Esper à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

2021- Les livres de l'automne

Le temps file et voici les livres de l'automne 2021:

livres automne 21

 

- L'art de perdre **: L'Algérie dont est originaire sa famile n'a longtemps été pour Naïma qu'une toile de fond sans grand intérêt. Pourtant dans une société française traversée par les questions identitaires, tout semble vouloir la renvoyer à ses origines. Mais quel lien pourrait-elle avoir avec une histoire familiale qui ne lui a jamais été racontée? Son grand-père Ali, un montagnard kabyle, est mort avant qu'elle ait pu lui demander pourquoi l'Histoire avait fait de lui un "harki". Yéma, sa grand-mère, pourrait peut-être répondre mais pas dans une langue que Naïma comprenne. Quant à Hamid, son père, arrivé en France à l'été 1962 dans des camps de transit hâtivement mis en place, il ne parle plus de l'Algérie de son enfance. J'ai bien aimé les 2 premières parties et cela m'a permis d'effleurer le sujet des Harkis, que je ne connais pas vraiment. La dernière partie où l'auteure part en Algérie m'a laissée sur ma faim. Mais c'est le problème des livres que l'on lit après tout le monde...

 

- Un soir à Sanary*: A Cologne, scène mondiale de l'Art moderne, dans les années 30, le jeune critique d'art Max Hoka épouse Rosa, une femme rayonnante, et croit trouver le bonheur.... lorsque les nazis s'emparent de l'Allemagne. Opposants, Max et Rosa doivent s'enfuir. Après une halte à Paris, ils s'établissent à Sanary-sur-Mer, petit port de pêche varois, surnommé "Montparnasse-sur-Mer" ou " capitale de la littérature allemande" depuis que tant d'artistes allemands et autrichiens y ont trouvé refuge, comme Thomas Mann, Bertol Brecht ou même le britannique Aldous Huxley. Mais la guerre qui éclate met vite un terme à  ce séjour idyllique. A leur arrivée en France, Max et Rossa ont été accueillis avec chaleur. Maintenant, bien qu'antinazis farouches, ils sont désignés comme "ressortissants d'une puissance ennemie" et incarcérés au camps des Milles et de Gurs! Puis c'est pour Max l'épisode rocambolesque du "train fantôme" qui le voit traverser et retraverser le pays dans des conditions épouvantables puis la menace de la Gestapo face à laquelle tous deux doivent fuir de nouveau... Acheté sur place lors de ma visite au Camp des Milles, le seul intérêt du livre est le reportage historique, en lien avec la visite du Camp.

 

- Là où chantent les écrevisses***: Les rumeurs les plus folles courent sur "la Fille des marais" de Barkley Cove, en Caroline du Nord. Pourtant Kya n'est pas cette créature sauvage et analphabète que tous imaginent et craignent. Abandonnée à l'âge de 10 ans par sa famille, c'est grâce au jeune Tate qu'elle apprend à lire et à écrire, découvrant la science et la poésie. Mais Tate, appelé par ses études, doit partir à son tour. Et lorsque l'irréparable se produit, elle ne  peut plus compter que sur elle-même... Un livre bien éloigné de mes lectures habituelles, mais je me suis vraiment laissée embarquer par l'histoire de bout en bout, un grand voyage au Sud des Etats-Unis.

 

- Florida****: Sa mère s'emmerdait, elle l'a transformée en poupée. Elle a joué avec sa poupée pendant quelques années et la poupée en a eu assez. Elle s'est vengée. J'avais beancoup aimé "En attendant Bojangles", mais très déçue par "Pactum Salis". Celui-ci est magistral: Olivier Bourdeaut dissèque l'amour filial et en rend compte d'une façon chirurgicale. Cela m'a rappelé "il faut qu'on parle de Kevin". Il est au moins aussi saisissant. Bravo

Posté par Luette Esper à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :